Master PPC – AMU

La spécialité est mixte : professionnelle, elle comporte également un volet recherche. Elle a pour finalité de transmettre des connaissances théoriques, de susciter des recherches en référence aux paradigmes de la psychanalyse et de favoriser des compétences cliniques réglées sur l’hypothèse de l’inconscient.

L’option de l’équipe pédagogique est de former à la fois des chercheurs et des psychologues cliniciens dont la pratique, et le savoir qui s’en déduit, sont orientés par la psychanalyse et procèdent autant que possible de l’éthique qui lui est propre. L’unique référentiel théorico-clinique relève d’une position décidée qui s’oppose à l’idéal naïf voire opportuniste d’une prétendue clinique dite pluriréférentielle. L’éclectisme, en effet, égare le praticien plus qu’il ne l’oriente, en lui faisant illusoirement espérer être conforme aux réalités multiples du marché du travail à condition de se montrer « compétent » en tout, le condamnant ainsi à n’être spécialiste en rien. C’est également le chercheur qu’il égare en le condamnant à une épistémologie hétéroclite et sans rigueur.

La force de la formation réside donc dans la cohérence de son référentiel théorique et clinique. Indissociable d’une ouverture aux disciplines et aux pratiques affines qu’il interroge et dont il se nourrit, celui-ci s’appuie également sur la dynamique et la vivacité des courants et des débats internes qui ont participé à l’histoire de la psychanalyse et qui font son actualité. Cette spécialité fait le pari d’une clinique et d’une théorisation orientées par la portée révolutionnaire du symptôme.

Comme les autres spécialités du master de psychologie, elle donne accès au titre de psychologue et à son usage. En revanche, elle ne délivre aucun titre de psychanalyste et ne fournit aucune garantie quant à la formation du psychanalyste qui n’est pas du ressort de l’université.

Le programme de formation et recherche en psychanalyse et psychopathologie clinique a pour objectif de dispenser des connaissances méta-psychologiques, psychanalytiques et de transmettre des compétences en psychopathologie de l’adulte, de l’adolescent et de l’enfant (névroses, psychoses, perversions, états limites, autismes), dans le champ des conduites addictives, psychopathies, pathologies sociales actuelles, de permettre l’élaboration de méthodologies de recherche et de méthodologies cliniques en référence aux paradigmes de la psychanalyse.
Sont traitées les connaissances en :
– Psychopathologie fondamentale
– Psychopathologie orientée par la psychanalyse de l’adulte, du bébé, de l’enfant et de l’adolescent
– Logiques transférentielles et méthodologies cliniques (entretien, techniques projectives, indications thérapeutiques, diagnostic différentiel)
– Métapsychologie, théories psychanalytiques fondamentales  (Freud, Klein, Winnicott, Lacan), histoire des courants psychanalytiques et retour aux versions originales des textes cruciaux (anglais, allemand).
– Les approches psychanalytique et psychopathologique des discours et des institutions (milieu éducatif et social, des institutions de soins et réseaux de santé)
– Epistémologie de la psychanalyse, enjeux transdisciplinaires (philosophie, lettres, arts)
– Les méthodologies de recherche (instruments numériques, données bibliographiques, écritures du cas et validations scientifiques)
– Les pratiques professionnelles du psychologue